Go back
News FR

Le compte à rebours de la tarification du CO2 dans le secteur du bâtiment

Infos | Avis d'experts | Tarification du CO2
L'exploitation inefficace des bâtiments sera encore plus coûteuse à partir de 2021. Kieback&Peter sait ce qu'il faut faire
L'exploitation inefficace des bâtiments sera encore plus coûteuse à partir de 2021. Kieback&Peter sait ce qu'il faut faire | Kieback&Peter ©

Ce qui s'applique déjà au secteur de l'énergie et de l'industrie dans le cadre du système européen d'échange de quotas d'émission devient maintenant également une réalité pour le secteur du bâtiment : Le 1er janvier 2021, la tarification du CO2 entrera en vigueur. Cette mesure vise à rendre la construction et l'habitat plus respectueux du climat.

Une étape supplémentaire...
pour atteindre les objectifs climatiques

La loi sur l'échange de droits d'émission de carburant, y compris le système national d'échange de droits d'émission, a des conséquences de grande portée pour un grand nombre de secteurs. Avec un volume estimé à près de 10 milliards d'euros par an, la réglementation du système national d'échange de quotas d'émission déclenchera la mesure de contrôle étatique la plus coûteuse sur le marché de l'énergie depuis l'introduction de l'écotaxe en 1999.

À partir du 1er janvier 2021, l'utilisation de combustibles fossiles pour la production de chaleur et le transport sera affectée par le prix d'entrée du CO2 fixé par la loi à 25 € par tonne de CO2. Jusqu'en 2025, ce coût augmentera continuellement pour atteindre 55 € par tonne de CO2. Avec un prix minimum de plus de 55 € par tonne de CO2 fixé par le gouvernement, le prix sera déterminé par le marché.

Les distributeurs et les fournisseurs de combustibles tels que le mazout, le gaz liquide, le gaz naturel, le charbon, l'essence et le diesel sont ceux qui devront payer. Cela signifie qu'en plus de la réglementation existante sur le marché de l'électricité via le système européen d'échange de certificats, l'accent est désormais mis sur le secteur du chauffage.

Avec le système national d'échange de quotas d'émission, un signal perceptible sera donné : les actions inefficaces deviendront un facteur de coût considérable pour les exploitants de bâtiments.

Le levier...
pour une politique climatique efficace ?

Selon le gouvernement fédéral; le secteur du bâtiment est responsable d'environ 14 % des émissions de gaz à effet de serre en l'Allemagne (2018) - principalement par la combustion de mazout et de gaz naturel pour le chauffage et l'eau chaude.

Les mesures de réduction des émissions de CO2 mises en œuvre jusqu'à présent n'ont pas donné les résultats escomptés. Les plans nationaux et européens pour 2030 et 2050 restent ambitieux et ne seront pas atteints sans mesures supplémentaires. En ce qui concerne 2030, nous avons besoin de solutions supplémentaires qui peuvent être mises en œuvre rapidement.

Le gouvernement allemand l'a reconnu et a donc décidé d'introduire un système national de trading de quotas d'émission en décembre 2019 avec la loi sur la protection du climat.

Qu'est-ce qui se cache derrière la tarification du CO2 dans le secteur du bâtiment et quelles nouvelles obligations les exploitants de bâtiments attendent-ils au début de la nouvelle année ? Nous avons demandé à un spécialiste : Björn Brecht, directeur du centre de compétence de Kieback&Peter.

author

La tarification du CO2 est clairement axée sur les entreprises respectueuses du climat. Plus que jamais, les entreprises et les consommateurs sont incités à passer de technologies à fortes émissions à des technologies respectueuses du climat. Dans le secteur du bâtiment, le potentiel de réduction des émissions est énorme.

Björn Brecht, Directeur du centre de compétence

Réponses...
aux questions importantes

Pourquoi la tarification du CO2 se fait-elle maintenant aussi dans le secteur du chauffage ?

En Allemagne, nous sommes loin d'avoir atteint nos objectifs en matière de climat. Si nous atteignons les objectifs pour 2020, c'est uniquement parce que la consommation de combustibles fossiles a été réduite en raison de la pandémie de corona. Elle ne serait donc en aucun cas le résultat de mesures déjà mises en œuvre.

Selon le plan de protection du climat, les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment doivent tomber à 72 millions de tonnes par an d'ici 2030. Si nous continuons dans la même dynamique que celle des dernières décennies, il y aura très probablement un écart de 28 millions de tonnes en 2030.

La combustion des combustibles fossiles, néfaste pour le climat, doit devenir plus coûteuse - c'est la seule façon d'inciter à passer à des technologies plus respectueuses du climat et à gérer les bâtiments avec une efficacité accrue. Plus les émissions de CO2 sont coûteuses, plus la volonté de passer à des alternatives plus efficaces est grande.

 

En tant qu'exploitant de bâtiments, ai-je de nouvelles obligations à remplir ?

Pour la première fois en Allemagne, une redevance sera perçue pour les émissions de CO2 à partir de 2021. Après cela, les coûts augmenteront progressivement. Ce que nous savons déjà aujourd'hui, c'est qu'avec la nouvelle loi, les coûts pour les exploitants de bâtiments vont augmenter. Ceux qui connaissent leur consommation peuvent simplement calculer les coûts supplémentaires qui s'ajouteront dans les années à venir.

Il a toujours été important et juste de réduire la consommation de combustibles fossiles. La tarification des émissions de CO2 fournit maintenant un autre argument important pour améliorer l'efficacité de la technologie des installations et optimiser l'ensemble du système de construction.

À court terme, les coûts supplémentaires sont certainement au premier plan, car selon le prix d'achat, les coûts par KW/h augmentent jusqu'à 10 %. À moyen et long terme, c'est la valeur des bâtiments qui sera au premier plan.

L'UE travaille depuis un certain temps à une taxonomie des investissements durables. Cela aura indirectement un impact énorme sur l'immobilier et rendra, par exemple, les taux d'intérêt des bâtiments inefficaces plus chers, ce qui aura un impact négatif sur la valeur des bâtiments.

Une intervention réglementaire, comme aux Pays-Bas, est également possible en Allemagne. Aux Pays-Bas, les immeubles de bureaux doivent au moins satisfaire aux exigences de la classe C à partir de 2023 et obtenir le label A en 2030 lorsqu'ils sont utilisés comme immeubles de bureaux. Leurs autorités disposent de pouvoirs étendus et sont autorisées à fermer des bâtiments. Les bâtiments qui ne satisfont pas à ces exigences risquent de devenir un "actif immobilisé".

Les propriétaires doivent être clairs : les bâtiments qui émettent trop de CO2 sont non seulement coûteux, mais aussi un risque économique ! Ceux qui n'agissent pas, et qui réfléchissent maintenant, risquent de compromettre leur avenir durable et prospère.

 

Comment les entreprises peuvent-elles réagir à la tarification du CO2 ?

Bien sûr, les entreprises et les exploitants de bâtiments peuvent investir dans la rénovation énergétique, par exemple en isolant la façade, en remplaçant les systèmes de chauffage ou en installant des fournisseurs d'énergie renouvelable. Cela permet de réduire immédiatement et sensiblement les émissions, mais c'est aussi très coûteux et généralement impossible en cours d'exploitation. Des mesures à faible investissement et à court amortissement sont une alternative - elles comprennent le contrôle individuel des pièces, la ventilation contrôlée par le CO2, une plus grande intégration des différents métiers, des panneaux d'information pour les clients et les employés, et des procédures telles que le contrôle prédictif. Les propriétaires disposent d'un large éventail d'options, mais la procédure idéale dans chaque cas ne peut être élaborée qu'après une analyse du bâtiment.

 

Cela nous permettra-t-il enfin d'obtenir la réduction d'émissions souhaitée ?

La tarification du CO2 est une mesure ciblée - un bon pas dans la bonne direction. Elle incite fortement à investir dès maintenant dans des mesures d'efficacité. Nous soutenons nos clients dans cette démarche !

Grâce à nos technologies, nous ne nous concentrons pas seulement sur l'efficacité, mais nous augmentons également le confort dans les bâtiments. Ainsi, les gens se sentent plus à l'aise et sont plus productifs. Ce facteur de bien-être ne doit en aucun cas être sous-estimé. Dans les entreprises, les coûts de personnel dans les domaines des travailleurs intellectuels représentent environ 90 % des coûts. Il est fatal de négliger le confort et le bien-être, car ils affectent directement le plus grand bloc de coûts de ces entreprises.

Toutefois, nous devons rester réalistes en ce qui concerne les objectifs climatiques : même avec l'impulsion supplémentaire d'un système de tarification CO₂, les objectifs climatiques pour le secteur du bâtiment ne seront pas atteints si l'on n'ajoute pas d'autres mesures puissantes, qui auront un large impact même dans la situation actuelle. Au-delà de toutes les défaillances nationales, des faits sont cependant déjà créés dans le secteur financier : Les grands investisseurs, en particulier les investisseurs institutionnels, attachent de plus en plus d'importance aux portefeuilles immobiliers durables.